Article

Données ouvertes du SEAO: transparence ou opacité?

 

Ce billet est écrit par la militante de données ouvertes et spécialiste en gestion de données ouvertes, Josée Plamondon. Si vous souhaitez contribuer au blogue de Québec Ouvert, contactez-nous à info@quebecouvert.org

La libération de données n'est pas une garantie de transparence; j'ai expliqué pourquoi dans un billet publié récemment dans Direction Informatique. Je m'étais exprimée à ce sujet à la suite de l'analyse des données du Système électronique d'appels d'offres (SEAO) qui ont été libérées cet été et qu'un groupe de volontaires s'était donné pour mission de rendre utile pour la recherche et l'analyse. En résumé: la piètre qualité des données (quelques exemples: champs vides, nombreux doublons, enjeux sémantiques, format non exploitable) ne permet pas de profiter des avantages de leur disponibilité. Il est essentiel, pour les administrations publiques comme pour les citoyens, d'améliorer la conception des bases données en exigeant l'adoption de normes et de méthodes pour assurer l'homogénéité et l'interopérabilité des ensembles de données. La transparence, dans les marchés publics, a des avantages pour tous:

  • Fonctionnaires et élus mieux équipés pour prendre des décisions rapidement;
  • Entrepreneurs encouragés à soumissionner dans un contexte de saine concurrence;
  • Citoyens mieux informés et plus confiants dans le système;
  • État qui profite de meilleurs prix pour des biens et services.

La Sunlight Foundation a publié des principes, reconnus internationalement, qui favorisent la transparence des marchés publics. Ceux-ci concernent les processus de saisie et de publication de l'information concernant les appels d'offres, la sélection d'un adjudicataire et l'octroi du contrat. L'adoption de normes et de meilleures pratiques pour la conception de bases de données est prioritaire pour toutes les organisations des secteurs public et privé. La vigilance, la transparence et la prise de décision éclairée ne s'obtiennent qu'au prix d'une approche méthodique de la gestion de l'information. Il est vain d'espérer que les solutions technologiques viendront compenser des décennies d'information mal organisée (non structurée, en formats propriétaires, sans marqueurs communs et sans liens contextuels) ou cloisonnée (silos technologiques, structurels et culturels).

Standardisation

Selon l'expression bien connue en informatique, « Garbage in. Garbage out.», la qualité des résultats est fonction de la qualité des données à l'entrée. Comment une application peut-elle alors analyser et comparer des documents dont la structure et le contenu varient selon les préférences des administrations et selon les propositions des soumissionnaires ?

Voici quelques éléments de solution, issus des techniques de gestion documentaire, qui assureraient données ouvertes, homogènes, comparables et interopérables:

Identifiants uniques Identification et normalisation de métadonnées clés, comme les identifiants d'entreprise, les numéros d'appels d'offres, les numéros de contrats qui permettent d'identifier des parties de bout en bout du processus d'octroi de contrat, incluant les demandes de changement et les renouvellements.

Documents numériques Élaboration de modèles standards de document numérique (modèles de métadonnées et champs libres balisés par des marqueurs):

  • Appel d'offres;
  • Soumission;
  • Contrat avec les élément de contenus qui devraient être rendus publics.

Métadonnées sémantiques Intégration de métadonnées standards, dans des formats ouverts, dans le modèle de données pour nous assurer d'une définition commune des champs à compléter et faciliter l'interopérabilité avec d'autres sources d'information (Registre des entreprises du Québec, normes et spécifications techniques, ratios financiers, etc.).

Réduction des erreurs de saisie Élaboration de listes d'autorité pour réduire les erreurs de saisie et les doublons. Par exemple, pour les noms de lieux, de personnes morales, d'unités administrative. Intégration de règles d'affaires strictes dans les formulaires de saisie afin de documenter tous les champs requis et de valider les données.

Classification Révision et mise à jour des catégories de biens et services en tenant compte des classifications standards disponibles.

L'information: une priorité ?

L'analyse d'un système comme celui du SEAO devrait nous fait prendre conscience de l'importance de la qualité des données alors que nous faisons face à un volume toujours croissant d'information à traiter, dans tous les secteurs et dans tous les aspects de notre vie. Contre toute vraisemblance, les efforts et budgets alloués à l'organisation et au traitement de l'information ne sont pas au rendez-vous, alors qu'une gouvernance ouverte et transparente commence par un accès à des données complètes, non ambiguës et interopérables. S'y soustraire serait faire preuve d'opacité.

comments powered by Disqus
Dernière mise à jour le: Dec 16, 2013