Article

Données ouvertes pour un environnement propre

 

Comment l’ouverture des données de vérification de conformité des lois environnementales peut-elle améliorer la qualité de l’environnement québécois? Très peu d’informations relatives au respect des normes, lois et règlements environnementaux circulent au Québec. Dans son rapport de 2011 (rapport), le Commissaire au développement durable constate que : " Les avis d’infraction se multiplient, sans pour autant qu’il y ait un retour à la conformité des contrevenants. En fait, 41 p. cent des 70 dossiers vérifiés demeurent non conformes, dont un cas qui perdure depuis 12 ans. Pour les dossiers dans lesquels il y a eu un retour à la conformité, de longs délais ont souvent été nécessaires. Pour 44 p. cent d’entre eux, le retour à la conformité a pris plus de 6 mois. Dans un cas, l’entreprise a mis plus de 17 ans à se conformer. "

Source : Nimonik.ca

En instaurant la publication systématique des résultats d’inspection concernant les certificats émis aux entreprises, le Commissaire incitera celles-ci à se conformer pour éviter toute publicité défavorable. Le Québec et plusieurs autres provinces canadiennes accusent un certain retard à ce chapitre. Aux É. U., l’Agence de protection environnementale (EPA) tient à jour la base de données ouvertes Enforcement and Compliance History Online - ECHO qui permet de savoir rapidement si une entreprise enfreint les lois en vigueur. Les  journalistes peuvent ensuite recourir à ces informations pour sensibiliser le public aux risques d’un développement industriel incontrôlé.

 

En 2011, le New York Times a utilisé les données de forages pour illustrer les conséquences des forages de gaz de schiste sur les différentes villes et régions américaines. Selon Tracey Lauriault, chercheure à l’Université d’Ottawa, (traduction libre)

« C’est le parfait exemple de rapport d’enquête géographique. Il vulgarise l’hydrofracturation - la technique de fracturation hydraulique horizontale à haut volume - de façon à rendre l’information plus concrète aux yeux du public tout en posant un regard critique quant à ses effets sur la santé. Les données ouvertes, combinées à un bon travail de visualisation et d’analyse, permettent de clarifier des enjeux sociaux, économiques et environnementaux complexes. Elles donnent accès à de l’information de qualité permettant d’enrichir les débats sociaux tout en améliorant la portée et les retombées de l’intervention publique et citoyenne. »

Au Québec, le Commissaire du développement durable explique qu’il n’y a pas suffisamment de contrôles environnementaux effectués par les ministères. Dans le cas de l’exploitation du gaz de schiste, il dénote  “l’absence d’un programme de complétion permettant d’assurer la conformité des travaux (y compris la fracturation) dans 4 des 13 dossiers examinés”. La publication proactive de résultats d’inspections est la première étape d’une ouverture des données en matière d’environnement. Il faut ensuite utiliser ces informations pour permettre à tout les Québécois de contribuer au respect des lois et règlements en matière d'environnement. Les citoyens sont déjà alertes, ne leur manque qu’un accès simplifié à des données de qualité déjà colligées par les institutions concernées.

Au Canada, seulement quelques sites Web permettent aux citoyens de mieux comprendre la pollution dans leurs quartiers. Fracfocus.ca, par exemple, permet de voir les forages de gaz de schiste en Colombie-Britannique, mais la consultation des données recensées n’est pas conviviale et la navigation s’avère plutôt complexe. Emitter.ca et ReMtl.ca sont deux autres bons exemples,  le premier en ce qui a trait aux émissions atmosphériques des grandes entreprises et le second fournissant des informations quant aux terrains contaminés à Montréal. ReMtl.ca a été développé lors d’un Hackathon de Montréal Ouvert et les développeurs ont du lire les rapports environnementaux municipaux en format papier pour en convertir les données en format numérique, question de les combiner à la localisation géographique de ces lotissements pour produire une information conviviale et utilise.

Le Québec souffre d’un manque criant d’informations numériques en matière d’environnement. Outre les quelques rares sites reposant sur des données imprimées rassemblées par divers organismes et regroupements citoyens, il reste beaucoup de chemin à parcourir. Avec des données ouvertes en matière d’environnement, nous pouvons facilement imaginer des sites permettant aux citoyens d’être informés  lors d’un déversement ou d’émissions toxiques.  Certains sites pourraient permettre d’établir des corrélations entre les sources de pollution et les proportions d’infections ou de maladies afin que les familles puissent identifier en toute connaissance de cause l’environnement idéal pour s’établir.

L’ouverture des données environnementales au Québec est essentielle pour que l’on poursuive notre développement sur des bases durables. Le Québec peut être fier de sa production d'électricité propre, mais le manque d’information environnementale jette de l’ombre sur ces choix responsables.  

Bibliographie

Autres articles à propos de la manque de données environnementales au Canada et un vidéo à propos des données au niveau fédéral. (Anglais - Nimonik.ca)

Rapport à propos des amendes environnementales au Canada (Nimonik.ca)

Rapport du commissaire sur le développement durable : faits saillants et rapport complet et présentation aux parlementaires.    

Cyber Presse - La police du tabac plus payante que la verte

Cyber Presse - Police verte peu de possons dans le filet de l’environnement

New York Times

Article: Regulation Lax as Gas Wells’ Tainted Water Hits Rivers

Maps & Data visualization: Toxic Contamination From Natural Gas Wells

Interactive visualization: Extracting Natural Gas From Rock

Documents: Natural Gas's Toxic Waste

comments powered by Disqus
Dernière mise à jour le: Mar 16, 2012