Document

Les données ouvertes pour les fonctionnaires

 

Est-ce que la province du Québec publie des données civiques?

En bref, elle ne le fait pas. Pour rendre ses données civiques accessibles, l’organisme qui les produit doit autoriser tout usager pour utiliser l’information, la fusionner avec d’autres données, la modifier ou la redistribuer librement.

Les données doivent être rendues disponibles dans un format facilement lisible et traitable par n’importe quelle technologie informatique libre ou propriétaire. Les données doivent être rassemblées en un portail raffraîchi périodiquement. Si l’information est sauvegardée en format PDF ou répartie en plusieurs sites web, elle sera difficilement utilisable.

Cela semble ambitieux, quels groupes rendent accessibles ces données civiques?

Bien sûr que c’est ambitieux! Les données ouvertes, ou Open-Data en anglais, c’est un nouveau concept qui est de plus en plus appliqué. Par exemple, au Canada, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Grande-Bretagne, cette approche est utilisée au niveau fédéral. Au niveau provincial, la Colombie-Britannique a entamé ce virage. Au niveau municipal, des villes telles que Montréal, San Francisco, Washington, Vancouver, Edmonton et même Toronto, ont fait beaucoup de progrès. Celles-ci tiennent leur propre catalogue de données qui peut être accessible et utilisé par les citoyens.

Pour les fonctionnaires

Les données ouvertes sont pour tout le monde, et notamment pour les employés de l’État. Un des principaux bénéfices pour les fonctionnaires est de permettre de briser les silos informationnels souvent présents au sein des organisations publiques, permettant ainsi une meilleure communication et un meilleur échange d'information.

En rendant les données gouvernementales disponibles sur un portail centralisé, accessible par tous les organismes, on simplifie l’accès aux ressources permettant d’éclairer les décisions

Le partage des ressources par l’ouverture des données permet de réaliser des économies budgétaires substantielles et d’accroître la valeur des services offerts aux citoyens. Une étude menée conjointement par la Commission européenne et l’Universitat Politècnica de Catalunya en 2008 faisait état de gains de productivité de plus de €2.6M par année pour les 20 administrations municipales et organisations ayant ouvert leurs données géo-spatiales. Lien.

L’utilisation des données ouvertes par le gouvernement démontre la valeur de ces données et incite d’autres organismes publics ou privés à publier davantage d’information.

Pour plus d’information, consultez notre présentation lors du WebÉducation à Québec en mars 2011.

Dernière mise à jour le:
Saturday, December 8th, 2012 - 11:27 AM